vendredi 29 juillet 2022

Les attentes des participants français à l'Assemblée du COE (2)

 Emmanuelle Seyboldt, présidente de l'Eglise protestante unie de France, parle avec Marc Schaefer, responsable des podcats de la même Eglise, de l'assemblée de Karlsruhe. Pour écouter le podcast, c'est par ici.

vendredi 22 juillet 2022

Les attentes de futurs participants à l'Assemblée du COE (1)

Claire Sixt-Gateuille, l'ancienne responsable des relations internationales de l'Eglise protestante unie de France et son successeur Ulrich Rusen-Weinhold présentent l'assemblée du Conseil œcuménique des Églises et leurs attentes :

 

vendredi 15 juillet 2022

Mais que fait le Conseil œcuménique des Eglises ?

(c) Marcelo Schneider/COE
On pourrait faire un inventaire à la Prévert de tous les sujets dont se saisit le COE, de la formation théologique aux droits de l’enfant, de la diaconie aux « jeudi en noir », contre les violences sexuelles. Mais si l’on se concentre sur les grandes lignes qui nous intéressent particulièrement, ça donne :

-    Du dialogue théologique multilatéral : En 2012, la Commission Foi et Constitution adoptait le texte de convergence « l’Église, vers une vision commune », fruit de 30 ans de dialogue autour de l’ecclésiologie (ce qu’est l’Église). Aujourd’hui, une cinquantaine d’Églises ont répondu à ce texte, et la commission a analysé et publié ces réponses et dégagé des pistes d’approfondissement pour la suite. Il est également apparu qu’un dialogue sur le discernement moral par les Églises était nécessaire, et que celui-ci nécessitait une autre méthodologie que celle utilisée pour le dialogue théologique classique. Quatre textes ont aujourd’hui paru sur la question, posant les bases, analysant les processus par confession et selon les périodes et les contextes, et proposant une méthodologie originale.  
-    Une réflexion sur la mission aujourd’hui : Après le texte « Ensemble vers la vie » de 2012, une conférence missionnaire s’est réunie en 2018 à Arusha, au Kenya, et a produit un « appel à vivre en disciples ». Elle a depuis produit un texte sur la spiritualité transformatrice, un des axes majeurs du texte « Ensemble vers la vie » (les deux autres étant : Dieu est lui-même en mission pour affirmer et favoriser la vie et la « mission depuis les Marges »).
-    De l’échange d’informations et du plaidoyer concernant des situations humanitaires ou politiques critiques, ainsi que des actions de mobilisation en faveur de la paix, de la justice et pour éradiquer la pauvreté : c’est le rôle de la Commission des Églises sur les affaires internationales (CCIA).
-    Une réflexion sur la diaconie pour mieux articuler les engagements des différentes agences humanitaires ou diaconales chrétiennes dans le monde.
-    Un travail économique, politique et éthique sur les injustices au niveau mondial, et le développement – avec d’autres acteurs – d’un modèle alternatif qui permette des échanges mondiaux de façon raisonnable et limite les logiques de prédation à l’œuvre dans la globalisation néo-libérale (le programme NIFEA).
-    De la formation œcuménique sous différentes formes
-    Des actions de développement des Droits humains (campagnes pour comprendre et dépasser le racisme, formations dans les Églises aux droits des enfants, lutte contre les violences sexuelles et les violences liées au genre, prévention des abus sexuels dans les Églises, mission d’observation en Israël-Palestine, etc.)
Bref, l’assemblée de Karlsruhe ne manquera pas de sujets à aborder. Mais aura-t-on assez de temps pour faire autre chose que les effleurer ?

Claire Sixt-Gateuille

vendredi 8 juillet 2022

Rechercher le consensus

 

Prise de décision par consensus (c) Joanna Linden-Montes

Depuis 2006, les délégués à l’assemblée du Conseil œcuménique des Eglises (COE) ont un peu l’impression de voter tout le temps…
En effet, Le COE a adopté un mode de prise de décision par consensus. L’idée est de ne pas se contenter de décisions qui n’emporteraient l’adhésion que d’une courte majorité. Cela permet à toutes les confessions présentes – ainsi qu’aux personnes de divers horizons culturels – d’être entendues et écoutées lorsque l’assemblée du COE prend des décisions.

Pour rechercher un consensus, les modérateurs des discussions ont besoin de connaître l’avis des délégués. Aussi, à chaque intervention, ils sont appelés à s’exprimer : plutôt d’accord avec ce qui vient d’être dit ? il faut soulever à hauteur de poitrine un carton orange pour dire « j’accueille chaudement cette intervention ». Plutôt en désaccord ou intervention sans intérêt ? Il faut soulever un carton bleu pour « j’accueille froidement cette proposition ».
 
Lors des discussions, le modérateur ou la modératrice est donc là non seulement pour donner la parole, mais aussi pour « prendre le pouls » de l’assemblée, sentir les tendances qui se dégagent et donc infléchir les discussions dans un sens ou dans un autre. Il est aussi possible de faire remonter des questions ou des remarques par écrit à la modérature. Si plusieurs remarques vont dans le même sens, elles auront plus de chances d’être prises en compte. Et si une discussion s’éternise, on peut croiser les cartons devant soi pour demander à passer la suite…
 
Si un consensus finit par apparaître dans les débats, le texte qui obtient le consensus est adopté. Sinon, l’assemblée peut choisir entre abandonner la discussion ou demander à ce que la question soit approfondie, elle sera alors retravaillée et une nouvelle proposition soumise à l’assemblée suivante.
 
Le consensus ne veut pas dire unanimité. Une décision peut être prise lorsque la plupart sont d’accord avec une affirmation et que la minorité qui ne l’est pas reconnaît que le débat a été équitable et qu’elle peut assumer le résultat ; le désaccord peut être notifié dans le compte-rendu de décision. Il est aussi possible de passer au vote, si 85 % des délégués pensent qu’il est nécessaire de prendre une décision. Le vote reste requis pour les changements de constitution, les décisions financières et les élections.
 
Claire Sixt Gateuille
 

 (article déjà paru sur le site de l'Eglise protestante unie de France)

vendredi 1 juillet 2022

Jerry Pillay, nouveau secrétaire général du Conseil œcuménique des Eglises

Jerry Pilay (c) COE

Le pasteur Jerry Pillay est âgé de 57 ans. Il est marié. De nationalité sud-africaine, il est ministre de la Unity Presbyterian Church in South Africa. Il a exercé son ministère en paroisses et dans l’enseignement. Il a soutenu une thèse de doctorat sur la théologie du développement. Il est actuellement doyen de la Faculté de théologie et de religions de l’Université de Pretoria. L’engagement œcuménique international est l’un des fils rouges de son parcours, au sein d’organismes nationaux, continentaux et mondiaux ; il a en particulier été président de la Communion mondiale d’Églises réformées (CMER/WCRC) de 2010 à 2017.

En l’élisant, à une relativement courte majorité, le comité central a sans doute voulu faire le choix de la stabilité, dans une période troublée et délicate, nécessitant une bonne connaissance des rouages institutionnels œcuméniques. Une autre personne était candidate : Elizabeth Joy, laïque britannique d’origine indienne, d’ascendance luthérienne mais mariée à un prêtre orthodoxe. Cette théologienne de 61 ans a soutenu récemment une thèse sur le corps et l’identité, enracinée dans la Dalit theology, la « théologie de la libération » des basses-castes de la société indienne.

Jerry Pillay sera le neuvième secrétaire général du Conseil œcuménique des Églises. Il succèdera le 1er janvier prochain à Olav Fykse Tveit, si l’on excepte le mandat intérimaire du P. Ioan Sauca (de 2020 à 2022).

Le secrétaire général occupe le rang le plus élevé dans le personnel exécutif et assume en dernier ressort la responsabilité des activités du COE et de son personnel. Le Conseil œcuménique des Églises (COE) réunit 352 Églises dans plus d’une centaine de pays réunissant quelques 600 millions de chrétiens.

Laurent Schlumberger

lundi 27 juin 2022

Dernier comité central avant l'assemblée

 

Le Comité central sortant (c) Peter Williams/COE

La réunion du comité central, du 15 au 18 juin 2022 à Genève, était la 69ème de l’histoire du Conseil œcuménique des Eglises et la dernière avant la 11ème assemblée qui se tiendra à Karlsruhe du 31 août au 8 septembre prochains.

Elle a mis fin à une longue période de quatre années sans réunion « en personne », en raison de l’épidémie de Covid. Comme pour tant d’autres organisations, avec un impact aggravé en raison de sa dimension mondiale, ce contexte a constitué une véritable épreuve pour le Conseil œcuménique, mais une épreuve surmontée qui a renforcé sa résilience.

Lors de cette session, le comité central a principalement mis la dernière main à la préparation de l’assemblée de Karlsruhe, révisé des textes constitutionnels et règlementaires, élaboré et publié des déclarations publiques sur le conflit en Ukraine, l’urgence climatique, la situation en Ethiopie, la liberté religieuse en Israël et Palestine, l’exploitation, les abus et le harcèlement sexuels. Ces déclarations sont accessibles sur le site du COE.

Après deux années de vacance du poste, qui ont constitué une difficulté redoutable en pleine pandémie, il a enfin élu un nouveau secrétaire général, en la personne du pasteur Jerry Pillay.


Laurent Schlumberger,
membre du comité central du COE de 2013 à 2022

vendredi 24 juin 2022

Le consensus c’est dur, pas mou !

(c) Marcelo Schneider/WCC

« Le Conseil œcuménique des Églises est une communauté fraternelle d’Églises qui (…) s'efforcent de répondre ensemble à leur commune vocation (…) », énonce la « base » du COE dans sa formulation de 1961 toujours en vigueur. Le mot important ici est : ensemble. Aucune des Églises n’a en effet besoin d’être membre du Conseil œcuménique pour répondre à sa vocation, dans son contexte et avec ses ressources propres. En revanche, si 352 Églises, à ce jour, ont choisi de rejoindre ce Conseil, c’est parce qu’elles ont décidé « d’être et de demeurer ensemble » comme le disaient les fondateurs de 1948.

Ce qui pourrait n’être qu’un élan plein de bons sentiments devient ainsi un redoutable défi lorsqu’il s’agit de le vivre concrètement et de ne le lâcher sous aucun prétexte. Car comment demeurer ensemble, lorsque presque tout semble vous séparer ? Les différences, voire les fractures, entre Eglises existent bien en amont des classiques grands débats théologiques et ecclésiologiques. Elles relèvent, pour ne donner que quelques exemples, des simples conditions de survie : le Tuvalu lentement submergé par l’océan va devoir importer son eau potable et le représentant de l’Eglise chrétienne (réformée) du Tuvalu se scandalise de l’inertie occidentale. De l’anthropologie : l’évolution des notions de genre dans certaines cultures est proprement incompréhensible dans d’autres. De l’autorité : ici un délégué ne saurait prendre la parole sans l’aval de sa hiérarchie, là un délégué ne saurait se soumettre à un mandat impératif. De la référence aux Ecritures : pour les uns, le pluralisme moral est une attaque directe contre la Bible car « tout est déjà dans les Écritures », quand, pour les autres, les Écritures ne sauraient être respectées sans démarche herméneutique critique. Et tout ce petit monde est composé d’aussi « bons » (ou « mauvais », au choix) chrétiens que vous et moi, de gens cultivés et engagés, de professeurs d’universités et de personnes aux responsabilités multiples, tous sûrs de leur fait et de bonne foi !

L’ethos du consensus

Pour permettre à ses Églises membres de demeurer ensemble, le Conseil œcuménique a progressivement mis au point une méthode de travail et de prise par décision dite « par consensus ». Plus profondément qu’un ensemble de simples dispositions procédurales, il s’agit d’un véritable ethos, d’un état d’esprit qui marque l’ensemble de la vie du COE.

Ce choix fondamental se concrétise notamment dans la manière de mener et de conclure les débats, quel que soit le type de réunion. Au fil des échanges, les personnes présentes réagissent aux propos des intervenants en montrant spontanément un carton orange (je suis « chaud » avec ce que dit l’intervenant, je partage son point de vue ou je l’encourage) ou un carton bleu (je suis « froid » avec ce que dit l’intervenant, je ne partage pas son point de vue ou j’ai des questions). La personne qui modère l’assemblée peut ainsi percevoir à tout instant la « température » de l’assemblée et sentir dans quel sens elle évolue. Au fil des échanges, une couleur devient dominante.

Lorsqu’il faut cristalliser une décision, qu’il s’agisse d’un amendement de détail ou d’un texte de fond, l’assemblée s’exprime sur le même mode. Tant que des cartons bleus demeurent, et même s’il n’en reste qu’un seul, le débat peut se poursuivre. Lorsqu’il semble que l’on a atteint un point au-delà duquel on n’avancera plus, la personne modératrice propose à la minorité que son point de vue soit enregistré et lui demande si elle accepte que l’on s’en tienne au consensus dégagé, afin que l’on puisse avancer au point suivant.

Une « soumission mutuelle » radicale

Bien des objections peuvent être formulées contre cette méthode. Et pourtant, ça marche ! Car au-delà de la réunion en cours, par imprégnation au long cours, elle modèle la manière même d’habiter les débats. Elle atténue le côté joute oratoire du débat, au profit de la recherche d’une évolution commune. Elle conduit les parties prenantes à exprimer de la manière la plus claire leurs meilleurs arguments. Elle est fondatrice de confiance, en garantissant le respect absolu de la singularité de chacun. Elle encourage par là même la prise de parole, l’écoute, la capacité à évoluer dans son point de vue sans craindre de perdre la face. Etc.

A l’opposé de toute mollesse et de toute facilité, elle est d’une exigence extrême. Elle développe la paix, la patience, la fidélité, la tempérance – et peut-être ce début de liste vous rappelle-t-il quelque chose. Ou bien encore, pour employer le vocabulaire de l’Église protestante unie de France, elle est une manière de réfléchir collectivement et de prendre des décisions « dans la soumission mutuelle », mais de façon radicale.

Un consensus à propos de l’Ukraine ?

Le comité central qui vient d’achever, à Genève, sa dernière réunion avant l’assemblée de Karlsruhe a une fois de plus éprouvé la difficulté mais aussi la fécondité de l’exercice. En cause : l’attitude du Patriarcat de Moscou à propos de la guerre d’invasion menée en Ukraine par la Russie. Dans la salle, des délégués porteurs de messages de leurs instances synodales demandant que soit envisagée une suspension du COE de l’Eglise orthodoxe russe, mais aussi des orthodoxes du Patriarcat œcuménique bouleversés par les déchirures induites par le conflit au sein de l’orthodoxie, et bien sûr la délégation russe : à l’ouverture des débats, l’ambiance était électrique.

Pourtant, la recherche de consensus a, difficilement mais patiemment, frayé une voix entre préjugés, analyses opposées, suspicions croisées, relectures historiques, etc. La déclaration finale dénonce « la guerre illégale et injustifiable » contre l’Ukraine, appelle les Églises russe et ukrainiennes à intervenir ensemble pour la paix y compris auprès de leurs propres gouvernements, encourage la mise en place d’un travail théologico-politique interne au COE, invite à l’assemblée de Karlsruhe l’Église ukrainienne qui est en train de se détacher du Patriarcat de Moscou, etc. Elle annonce l’envoi d’une délégation au plus haut niveau du COE à Kiev et à Moscou et renforce la présence humanitaire du COE sur le terrain – effective depuis le premier jour du conflit.

Aucune porte n’a claqué. Personne n’a été outragé. Tout le monde a évolué, du fait même de la rencontre, du dialogue et de l’importance accordée à la recherche du consensus. Une parole commune a été dite. Bien sûr, dira-t-on, ce ne sont que des mots, qui ne font pas taire les canons. Mais qui a mieux à proposer ? Dans quelle autre enceinte une vigoureuse parole de réconciliation est-elle actuellement portée ? Et les Églises disposent-elles d’autres armes que celles de l’esprit ?


Laurent Schlumberger

mardi 14 juin 2022

Une journée à l’assemblée


 

Si la situation épidémique reste calme, l’assemblée du Conseil œcuménique des Eglises (COE), du 31 août au 8 septembre à Karlsruhe, devrait réunir jusqu’à 6000 personnes. Parmi elles, un premier noyau d’environ 1500 personnes dont 800 délégués (avec droit de vote) et 700 personnes à voix consultative. Les autres sont des observateurs pour une partie, de simples visiteurs pour la majorité, ainsi que des bénévoles, indispensables pour faire tourner une rencontre aussi importante. 

Le programme est différent selon que l’on appartient au premier ou au deuxième groupe. Les visiteurs et observateurs peuvent assister à la retransmission des prières du matin et du soir (8h30-9h15 et 18h30-19h), des plénières thématiques du matin (9h30-11h) et de l’étude biblique qui a lieu en plénière (12h-13h). Le reste du temps, ils ont accès aux animations proposées sur le « Brunnen » - lieu où l’on trouve des stands, un café, une librairie, une scène pour des performances artistiques et des salles pour de mini-conférences ou des ateliers – et à des rencontres œcuméniques organisées sur différents sujets, ainsi qu’à des ateliers thématiques organisés en fin de journée. Il n’y a pas de programme pour les visiteurs le week-end du 3-4 septembre. 

Les délégués et personnes à voix consultative, eux, peuvent assister aux prières, plénières thématiques et plénières de travail (celles où les futures décisions sont discutées, amendées, adoptées, de 15h à 16h30) et aux rencontres régionales et confessionnelles (19h-20h30) qui sont prévues au début de l’assemblée. Les délégués ont la chance d’avoir un temps de partage biblique en petits groupes à l’heure de l’étude biblique en plénière, qui leur permet de mieux connaître quelques personnes, d’avoir de vrais échanges interculturels autour d’un des éléments qui nous rassemblent – le texte biblique – et de pouvoir prier les uns pour les autres, plutôt que de rester passifs à écouter une étude biblique ex cathedra. Les délégués sont également les seuls à participer aux « conversations œcuméniques » (de 17h à 18h), qui sont un lieu d’échanges autour d’un des domaines de travail du COE, de discussion avec les responsables de ces programmes de façon à orienter ou réorienter ces programmes pour les huit prochaines années.

Tout le monde peut participer à une célébration le premier soir sur la Marktplatz de Karlsruhe et à un grand buffet donné sur la Festplatz, ainsi qu’à la prière de clôture le dernier jour à midi. Et les délégués et observateurs seront répartis durant le week-end dans différentes paroisses des Églises membres de la Conférence des Églises riveraines du Rhin (Allemagne, Suisse, Alsace) pour découvrir la vie et le contexte de ces communautés locales.

Claire Sixt Gateuille

(article déja paru sur le site de l’Église protestante unie)

mardi 7 juin 2022

En route pour Karlsruhe

Assemblée de Busan, 2013, Peter Williams/COE

L’Assemblée du Conseil Œcuménique des Eglises (COE) se tiendra du 31 août au 8 septembre à Karlsruhe, en Allemagne. Cet événement est pour notre Église ce qui se rapproche le plus d'une expérience concrète de l’Église universelle. Vous trouverez sur ce blog des articles préparatoires, des témoignages des délégués français pendant l'événement et un bilan après.

Bruits de Guerre

Le thème de l'Assemblée "L'amour du Christ conduit le monde à la réconciliation et l'unité", déterminé depuis plusieurs années, résonne particulièrement depuis la réactivation du conflit armé en Ukraine. Lors d'une préparation européenne de l'assemblée, les 25-26 février, l’importance de la justice a été rappelée pour arriver à une réconciliation durable. La question se pose aujourd'hui de l'attitude à adopter envers l’Église orthodoxe - Patriarcat de Moscou, pour ne pas rompre le dialogue mais ne pas non plus accepter la justification théologico-politique de la violence.

D'autres lieux de réconciliation en Europe ont été mis en avant, par des témoignages sur la situation politique en Irlande du Nord et à Chypre, vis-à-vis des minorités ethniques en Norvège et au sein même de l’Église autour de la question de l’ordination des femmes en Pologne. Plus le rapport est fort entre l’Église et l’État, plus il nécessite une grande capacité de critique et d’autocritique de la part de l’Église, en ouvrant des espaces d’expression des voix dissidentes. 


Première assemblée en Europe depuis 1948

Assemblée d'Amsterdam, 1948 (c) COE

Les assemblées ayant lieu chaque fois sur un continent différent, l’accent est mis sur la spécificité de ce continent, en particulier lors d’une plénière. Après Amsterdam, assemblée fondatrice du COE en 1948 (assemblée fondatrice du COE), c’est la deuxième assemblée à se tenir sur le sol européen. Mais le contexte a fortement changé : d’une organisation pensée par et pour les Églises du « Nord », le COE est devenu une organisation où les Églises du Sud deviennent majoritaires. Dès lors, l’équilibre est délicat à trouver pour une assemblée qui prenne en compte le contexte européen tout en veillant à ne pas redevenir européo-centrée…

En Europe, l’Église n’est plus qu’une voix parmi d’autres. Mais elle continue à jouer un rôle essentiel, en particulier un rôle d’encouragement mutuel, ce qui est nécessaire dans des sociétés où les individus et groupes sont de plus en plus isolés. Les Églises en Europe, en tant que communautés, ne sont plus spectaculaires ; dans une société du spectacle, elles ont donc tendance à être invisibilisées et sont dépouillées de leur autorité traditionnelle. Mais elles gardent toute leur pertinence, par le rôle de créateur de liens qu’elles jouent, un lien marqué par la grâce de Dieu. Les Églises sont (appelées à être) des communautés de réconciliation. De plus, le mouvement de sécularisation se double aujourd’hui d’un mouvement de « dé-sécularisation », avec de plus en plus de personnes en recherche spirituelle.

Dans ce cadre, la pluralité peut être une occasion de témoignage. Elle est en effet une question eschatologique : le Royaume de Dieu est un royaume réconcilié, pas un royaume uniforme. Notre voix doit porter pour faire accepter la diversité. Cela commence par nous, par le besoin d’être agents et témoins de réconciliation (en nous-mêmes, avec Christ, envers les autres, etc.). La perte d’autorité dans l’espace public est une opportunité pour retravailler notre pertinence, pour être reconnus pour ce que nous faisons et disons. Pour cela, nous avons besoin de faire plus de place aux voix dissidentes, à la critique et à la consultation, en particulier des personnes issues de l’immigration.

Quelques chiffres

Il se prépare 4 pré-assemblées, 100 ateliers à thème, 23 conversations œcuméniques, l’accueil d’entre 1500 et 6000 participants suivant la situation sanitaire.

Nous y préparer

C’est la première fois que le mot « Amour » apparait dans un thème du COE. Durant la réunion, il a été souligné que la compassion est la clé herméneutique de l’amour du Christ. Le thème est christocentrique sans être exclusiviste. Il est tourné vers la mission. Aujourd’hui, les valeurs qui tendent vers l’unité sont devenues contre-culturelles.  

Des études bibliques sont proposées sur le thème, que je vous invite à utiliser dans votre Église locale, un livret d’introduction présente le thème et le contexte particulier de cette assemblée, et un livret de prières et de chants peut servir à préparer le culte du 4 septembre, pour inviter l’Église locale à s'associer spirituellement à l'événement. Les textes choisis pour les études bibliques et pour chaque jour de l’assemblée, sont des « ancres spirituelles » que l’on peut explorer en écho avec le thème, en les faisant résonner dans notre contexte local.

Claire Sixt Gateuille

(adapté d'un article publié sur le site de l'EPUdF début mars)