mardi 9 mai 2017

Premières impressions de la Namibie et de Windhoek.

Accueil à l'arrivée au Safari Hotel (c) LWF
Le paysage qui se déroule durant trois quarts d’heure entre l’aéroport (à peu près aussi grand que celui de Strasbourg Entzheim…) et la capitale Windhoek est une savane qui s’étend à perte de vue, avec de superbes montagnes en arrière-plan : pas trace d’eau ni de cultures. D’immenses domaines délimités par des grillages électrifiés sont dominés par de grandes demeures cossues. De temps en temps, des vaches, des chevaux, des chèvres et quelques singes sur les poteaux. Nous sommes dans un pays d’élevage !

A l’arrivée au Safari Hotel où se tiendra l’assemblée, après d’assez longues formalités d’inscription et d’accréditation, une gentille attention nous attend dans le sac de bienvenue : des chocolats ! Après un voyage épuisant d’une journée, une petite douceur est la bienvenue. Sauf que les chocolats en question sont des « kudu biltong », c’est-à-dire de la viande d’antilope marinée, salée et séchée, découpée comme des chocolats…Ce qui illustre bien la culture locale de la chasse et de l’élevage !

La grande famille luthérienne se retrouve depuis les quatre coins de la planète. Des nouveaux, mais aussi beaucoup d’anciens qui s’embrassent chaleureusement. Tout semble parfaitement préparé : la gigantesque salle des assemblées plénières, l’immense tente de prière, …Le grand culte de Sainte Cène qui marquera l’ouverture de l’Assemblée est programmé à 8h demain matin… Le temps de profiter d’une nuit réparatrice, le programme nous entraînera dans une succession très dense de rencontres et de débats. Mais demain est un autre jour !

Christian Albecker, le 9 mai à 20h30

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire