vendredi 19 octobre 2018

Le chrétien et l'intolérance religieuse

Les participants à l'assemblée Cevaa 2018 à Douala (c) CEVAA
Et voilà, après 4 jours à passer du frigo à l'étuve - comprenez de salles ultra-climatisées où on a froid à l'extérieur où il fait chaud et très humide - j'ai pris froid et je me retrouve avec un syndrome grippal qui m'a clouée au lit ce matin...

Le thème de l'assemblée est intéressant, mais il est tellement large et nos contextes tellement différents qu'il est difficile de sortir des généralités. L'intervention inaugurale portait sur la transformation des conflits violents en conflits qui peuvent être travaillés de manière non-violence. Elle proposait la création d'un espace de neutralité religieuse qui puisse être un lieu de rencontre. La conception du religieux qui sous-tend cette demarche est basée sur le livre de Georges Lindbeck "La Nature des doctrines" où Lindbeck présente les religions comme des langues, ayant leur logique propre, leur syntaxe. On ne peut pas transposer les principes de l'une dans le vocabulaire de l'autre sans lui être infidèle, de la même façon que "traduire, c'est trahir". L'espace de neutralité est un espace de dialogue, où partager avec l'autre sa propre langue religieuse, celle qu'on aime, sans prétendre qu'elle soit la seule. Pour cela, il faut avoir envie de construire quelque chose ensemble.

Cette présentation était intéressante mais il manquait une 2e partie, sur la méthodologie mise en oeuvre (elle n'a ici qu'été esquissée en quelques mots).

David White, ce matin, nous a proposé une animation en 4 étapes :
- essayer de se mettre à la place de l'autre
- définir quel est le problème qu'on a avec cet autre (centre sur l'humain)
- Générer des idées (créatives, innovantes) en ne stimulant pas que les zones du langage et de la réflexion de notre cerveau
- élaborer un prototype (trouver la meilleure solution possible).
Comme je l'ai dit, j'ai été obligée d'aller m'allonger, je ne peux donc pas en dire plus !

Jeudi matin il a eu une table ronde, je vous partagerai des éléments de mon intervention quand j'aurai plus de réseau...

Claire Sixt Gateuille

Aucun commentaire:

Publier un commentaire